Monday, 22 February 2016

Obedience


Let us start logically at the beginning: "For freedom, Christ set us free," (Gal 5: 1). It is not a question of obeying without reflecting. The era, when superiors demanded blind obedience, is happily finished. We are human beings; God creates us free and wants us to remain free. Nobody forced you to join the formation programme of the Missionaries of Africa and nobody can force you to remain in it against your will. You are (or are becoming) free persons. 

What are we supposed to do with this God-given freedom? Jesus is always our point of reference. Saint Luke shows him as an obedient child, submissive to his parents and later as a man who respected the customs like the prayer of the Sabbath. When he healed a group of lepers (Lk. 17:14), he told them to follow the prescriptions of the Law. However, on the other hand, he was free in front of the authorities and did not hesitate to break with tradition when he had good reason to do it. What was his secret? Why was he obedient at some moments and refused to follow the law at other moments? Saint John enlightens us, "My food is to do the will of the one who sent me" (Jn. 4: 34). Jesus had his own GPS before they were ever invented. In all that he did, he was guided by a very simple principle: "What is the will of My Father, what way does He want me to follow, what Mission does He give me?" If he recognized the will of the Father in the prescriptions of the law, he followed them. Otherwise, he had no scruples about breaking them in order to obey a deeper imperative. The Spirit of Jesus, the Holy Spirit is a spirit of obedience. 

It is the same Spirit, the same GPS, that should guide us towards personal holiness and in the Mission He has entrusted to us. Like Jesus, we have to obey one person and one person only and that is God the Father. Always and for each one of us, personally or as a group, that absolute obedience to the Father should be the compass showing us the direction to follow. It should be the deepest motivation of our lives, what we search for with all our strength, our entire mind, and all our will. Through our oath at the service of the Mission of the Church, we commit ourselves to that type of availability and obedience. Free persons, we owe obedience to no other human being, be they the Pope, Bishop or superiors... only and uniquely to the Father. However, it would be a misapprehension to pretend to obey God while paying no attention to the very people He gave us to guide us and help us to discover His will. Still, it is good to remember that, even when we obey them, we are obeying the Father. We do not have to obey our superior simply because he is our superior. We obey because we are convinced that the will of the Father is revealed through him. 

Nobody should be guided by the desire to have his own will fulfilled. This is true for persons in authority just as much as it is for those expected to obey. Nobody should try to impose his wishes or his preferences on others. All are supposed to seek and fulfil the will of the Father. The superior will use all means at his disposal to seek that will, which means consulting the individual and the community or group. He will conduct a wide-ranging consultation listening to all views on the matter. On the other side, it is up to the person under authority to give his opinion, explain his position, and disclose all relevant information necessary for a proper discernment. Dialogue does not mean that a person is presenting his own ideas with a view to getting what he wants. It is a chance for him to make known some important factors in making the discernment. This allows the superior to hear the individual and to take into account his contribution to the process of discernment. 

The will of the Father is usually made known to us through appointments decided according to the needs of the Mission entrusted to our Society and that are in line with its priorities. Once our superiors have consulted and listened, once they have done their best to indentify the indications given to them by the Spirit, they have the duty to take decisions, which have consequences for the Society and for its individual members. It is through them that the will of God is revealed to us and is calling us to obedience. Before the decision is taken, obedience demands us to be pro-active and to communicate anything we know that might be relevant in the on-going discernment. Once the decision is taken, obedience calls us to take it on board, make it our own (even if it is not to our liking), and put all our energies into its accomplishment.


At times, there seems to be confusion in the understanding of the evangelical virtue of obedience. A stagiaire did not receive the appointment he wanted. He complained there had been no dialogue... notwithstanding the fact that he had been consulted. In this case, the reproach of lack of dialogue shows the person was not ready to give up his own desire and accept something else. His availability was limited. The search for the Father's will should fill us completely. It should be the deep motivation behind all our actions but some obstacles prevent us from being truly available and finding it. Among them are our fears, jealousy, attachment to our own ideas and our own plans, the weight of sin etc. The signs of a lack of interior freedom are easily visible to outside observers: anger, indignation, inability to change pre-established plans, accusations of racism, nepotism and authoritarianism. Unhappily, the person involved often misses these signs, even though they are clearly visible from the outside. 

Obedience is a beautiful evangelical virtue, possibly the virtue uniting us most intimately to Jesus and to His mother Mary. "My mother and my brothers are those who hear the word of God and put it into practice" (Lk. 8:21). Jesus showed us the way and it led him to the cross (Phil 2:8). It was the wish of our founder to see obedience as a characteristic of our Society (Charles Lavigerie to his missionaries, 04-10-1875). It was not a military style of obedience without dialogue or use of our intellectual faculties but the obedience freely given by disciples looking for the will of their Father with all their heart. This should be the hallmark of our Society. We should practice this obedience from the very first years of our formation. It should become freer and fuller as the gift we make of ourselves to the Father grows in us. All, superiors as well as persons under authority, must be obedient to the will of the Father so that the virtue of obedience can grow and come to completion in us.

Let us ask the Son for the grace of entering more and more into his Spirit of Obedience, becoming in the process, Sons in His image. Let us pray with Mary his mother: "let it happen to me as you have said (Lk. 1: 38).


Jean-Michel Laurent
Secretary for Initial Formation
15 January 2016



Saturday, 13 February 2016

PCJ Cultural Day 2016



Tribe: Bakiga
Language: Rukiga               
Place: Kabale district, Uganda.


We wish to introduce to you the kikiga dance- the dance of the bakiga tribe from the south western part of Uganda. It is such a dance that involves the use of vigorous strength. The strength is believed to be generated from the foods (Irish potatoes, sweet potatoes, obuhemba and beans) and drinks (obushera, omuramba and tonto) produced in kabale district where majority bakiga live. The dance we are about to watch in this video is about the theme- kunira abagyenyi abareire- be hospitable to the visitors who have spent a night with you. It can be adopted by other groups like the missionaries of Africa at Lavigerie house have been able to learn it and practice it. Different tribes from Kenya, Tanzania and Uganda participated in this dance. We wish you the best as you watch and listen to kunira abagyenyi abareire. Enjoy the kikiga dance. 

Ariho henry moses 2016.

Friday, 12 February 2016

APOSTOLATE AT THE HEART OF FORMATION


Apostolic living denotes witness to the mission handed over to the church through the apostles. We are heirs of the teaching tradition of the church; otherwise we would have been heirs of something not known if nothing is handed by Christ to the apostles who finally handed to us. And in vain shall we proclaim, praise and serve the word of God and our Lord Jesus Christ who laid the foundation for many and many brothers and sisters. They preached, we are now preaching and we shall preach his words of eternal life. What we preach is what we learnt and lived by our lives. Aware of the globalization era, apostolate has become a two way path in which; first, we are too taught by the world on how to live the good news and secondly how we are to witness effectively the gospel in the global village. Most often I see three things as the manifold of apostolate at the heart of formation;

Being a philosopher at the heart of apostolate

By being so does mean being a humble and inquisitive learner among the learned and the learner and if possible you become a ‘learnee’. Apostolate indeed inspires a lot of people and it’s where one discover real mission of his call. What I always put in mind is that, I first be like a blank slate (the tabularaza) notion, which I mean encountering apostolate without preconceptions and biases. This most often makes people during apostolic allocation very hyper alert; even others decline appointment because of such biases and preconceptions. Allowing one-self as empty as a blank slate would help one learn and be formed. This is because to learn means to leave the negative traditional and cultural beliefs, ideologies, practices and norms that one had imprinted in his/her own mind, but embracing the new ones. Doing so would help us to embrace inter-culturation and we can inspire the people in the way we pass the gospel by their own culture and our own lives. They learn from us as we learn from them too. However, imposition of philosophical theories and ideas would mean assimilating the people into our own selves, ideas, and opinions which I think leave defect rather than good. Above all, Apostolate is love and ‘sequela Christi’.

Being a family member in apostolate

Much as we may perceive it to be nearness to the families, nevertheless does it reflect being like a family member. Though you may ask how about interreligious apostolate, all the same becoming human to all and “nothing inhuman is foreign to me” (Charles Lavigerie). Which I think does not apply only to particular situation but to all situations, where no apostolate is smaller or greater than the other. Live in as family member in all and never subtract any of the family responsibilities of whether being a parent, or a child. My question is, have you become a visitor at the apostolate place or a son, daughter, mother and father?

On my own awareness this is how I felt like one of the family members at apostolate; As a son, parishioners supported me spiritually through living examples of being committed Christians, gave me necessary advice, showed me a sense of direction, gave me courage educated me through earning the way of life of the people around and even fed me well.  

As a brother, we shared common advice, ideas, corrections and listeners to one another. As a parent, being available to the Christians, being listened to, implementing ‘domestic’ roles in the apostolate, giving sense of direction and advice. As a pastoral agent, delivering the word of God and bringing the body of Christ closer to them. The vital aspect is living the identity of each family member without assuming the other’s duty, which I mean maintaining pastoral territorials to avoid confusion. Indeed, apostolate is a manifestation of Trinitarian family love.


The fact of challenge at apostolate

Pastoral challenges are indeed inevitable of every pastoral agent. Some of the short comings are already before one’s arrival to the place and others are encountered at the time of carrying out responsibilities.  For example, too much exaltation.  My corporate identity as a seminarian made many Christians to elevate me high in matters of advice and faith, some even went ahead to demand that I put on cassock whenever I’m going to the chapel. Anyhow, such exaltations are good and inspiring to one’s discernment process, a source of faith to the Christians and dignity to the Eucharist. The risks of pastoral gap might be high. Negligence of pastoral identity which might lead to violation of duties should be avoided because pastoral agents proclaim the word of God holistically by their way of life. The fact of challenge should be meant for self-realization, where one’s sense of belonging is reached i.e. vocation.

To be concise enough, a life of “supererogative” (doing extra good) be avoided otherwise we shall leave people in the world of utopianism. However, it is our duty and responsibility to raise people high spiritually and where possible materially. It becomes un easy when one becomes a donor to the Christians because it makes them weak enough to support themselves in developmental initiatives. It reminds me of my spiritual inspirator who said that, the white man handed to us Jesus on the crucifix, Mary in the rosary and the saints in the devotions. So to meet our personal, community and church demands, we should not wait to contribute generously for ourselves and for the church when in need. The riches are actually hidden in these great men and women. We shouldn’t be challenged by the theory of supererogative to incapacitate us to fulfill our moral obligations and duties in  the apostolate. Challenges shape, prune and form us only if we do not allow them to woe us.     

BY MUKULIA JOHN BOSCO

Friday, 5 February 2016

La visite du pape François en Afrique, retour sur certains de ses messages.



Elu en 2013, et après quelques visites dans certains  continents, le pape François est venu en Afrique pour sa première fois. Trois Pays Africains ont eu cette chance de l’accueillir au nom de toute l 'Afrique, respectivement le Kenya, l’Ouganda, et la République Centre-Africaine. Comme fils d’Afrique et toujours fier de l’être, j’ai eu la chance d’être présent dans l’un des trois Pays a son arrivée. Ce Pays dans lequel le Successeur de Pierre m’a trouvé est bien la terre des premiers Martyrs Chrétiens d’Afrique, donc l’Ouganda. J’ai personnellement trouvé cette visite très importante me basant sur les messages que le pape  a adressés à ces trois Pays et à toute l’Afrique. C’est ainsi que j’ai voulu partagé une réflexion personnelle sur cette visite. Je partage cette réflexion avec vous dans le but de vous inviter, où que vous soyez, à considérer les messages du pape afin d’agir en faveur et pour le bien du peuple africain jusque-là confronté à des multiples problèmes. Nous sommes tous concernés par ces messages, nous devons donc agir.

KENYA

Le pape y a invité les autorités politiques et toute la population à lutter contre la corruption qu’il considère comme « Un Chemin de mort (...) Un sucre doux et facile à prendre mais qui provoque le diabète. » Toute personne qui pratique la corruption « détruit son cœur, sa personnalité, et sa patrie. » La corruption a des conséquences sur toute une Société.
J’apprécie le message du pape sur la corruption parce qu’il rejoint l’essentiel de mon travail de fin de cycle de Philosophie : « Pour combattre la corruption. »  J’ai justement invité tout le monde à faire preuve de maturité éthique, en agissant de manière éthique. Il faut agir de manière éthique pour ne pas détruire son cœur, sa personnalité et sa patrie ; c’est-à-dire résister aux appétits égoïstes résultant des passions désordonnées.
Je remercie le pape pour avoir éveillé la conscience de toute l’Afrique et j’invite tout le monde à faire sien ce message. Qu’on soit Évêque, Iman, prêtre, religieux et religieuse, pasteur, simple chrétien et chrétienne, musulman et musulmane, etc., nous avons tous le devoir de combattre la corruption. Ce qui exige que nous puissions d’abord nous-mêmes résister à cette pratique illicite. L’expérience et l’existence de cette pratique dans nos sociétés prouvent que personne n’est exclu.

Oui,  il s’agit du sucre doux et facile à prendre mais qui a des conséquences sur la vie de tout un peuple. Souvent nous parlons de la corruption comme si elle était un être qui existe par soi-même, en oubliant que c’est vous et moi qui en sommes auteurs. Ne combattons pas la corruption par de beaux discours qui nous épargnent nous-mêmes. Soyons vrais envers nous-mêmes en nous posant la question : A quel niveau, moi…, dois-je combattre ma corruption pour le bien de ma Nation, de mon Eglise, de nos institutions, etc. C’est seulement après avoir répondu honnêtement à cette question que nous pourrons interpeller la classe politique.

Toujours au Kenya, le pape fait remarquer cet écart entre les riches et les pauvres. La richesse kényane est retenue par une classe donnée alors que d’autres sont très pauvres. Ainsi le message du pape devient une grande interpellation à  ceux et celles qui ne pensent qu’à eux-mêmes alors qu’autour d’eux d’autres n’arrivent pas à trouver le minimum pour survivre. Si le pape ne pouvait pas citer les noms des ceux et celles qui sont clairement concernés, il est toutefois connu  que la « famille » ou la tribu à laquelle appartient l’actuel président est bien celle qui est extrêmement riche car toutes les ressources du Pays sont sous leur responsabilité, oubliant les autres fils et filles du Pays qui ont aussi le droit d’en profiter.  Il faut donc penser à une justice distributive car les richesses du Pays ne doivent pas appartenir à une seule catégorie des personnes. De cette manière le pape a lancé un cri en faveur des abandonnés en invitant tout le monde à s’engager activement en faveur des démunis.

Ce n’est pas seulement au Kenya que le cri du pauvre n’est pas entendu.  Il y a bien d’autres pays africains où les richesses sont accaparées par une classe donnée. En RDC ce sont ceux et celles qui sont au pouvoir qui mangent  aisément la part de tout le peuple. C’est pourquoi tout le monde se bat pour être politicien afin de prendre aussi sa part. J’invite tout le monde à prendre son courage en main pour agir en faveur du pauvre malgré des conséquences inéluctables.

Ecouter le cri du pauvre, c’est écouter la voix de Dieu ; agir en faveur du pauvre c’est répondre à une invitation lancée par Dieu. Si donc répondre à cette invitation est quelque chose qui donne sens à notre vie, agissons ; n’ayons pas peur !

Le pape a aussi invité tout le peuple kenyan à la paix et à la réconciliation. On se rappelle des tensions qui avaient causé la mort de plusieurs kenyans en 2008, le message du pape a comme objectif la guérison des cœurs blessés pour que la paix règne. J’espère personnellement que l’arrivée du pape au Kenya puisse vraiment avoir un impact sur certains défis. C’est cela pour moi l’essentiel de sa visite. Nous sommes donc tous interpellés car l’oublie des abandonnés, l’injustice, la paix, etc. sont bien des défis que nous expérimentons partout en Afrique. Agissons donc en faveur du pauvre ; prônons la réconciliation et la paix.

OUGANDA

En Ouganda où je me trouve actuellement, le pape y a  adressé des messages importants en s’adressant aux jeunes, aux enseignants, aux membres du clergé, aux autorités politiques, et  à tout le peuple ougandais. Il a par exemple invité les jeunes à s’ouvrir  et à revenir à Jésus Christ. Il s’agit en quelque sorte d’une reconversion. Le message est facile à comprendre car les réalités du monde actuel font que les jeunes ne se retrouvent plus. Ils sont nombreux comme chrétiens et chrétiennes catholiques, mais en réalité leur vie ne se fonde plus sur le modèle de vie de Jésus Christ. Il est devenu très difficile de reconnaître, par les actes, qui est jeune chrétien et qui ne l’est plus. Par la pratique de piété on peut encore reconnaître un jeune chrétien, mais les actes ne suivent pas. Le pape, en demandant aux jeunes de s’ouvrir et revenir à Jésus Christ,  a  l’espoir de voir les jeunes africains revenir vraiment à Jésus, à fonder leur vie sur le modèle de Jésus ; donc à ne pas se laisser emporter par les réalités négatives du monde actuel. 

Le pape déplore « que les jeunes soient exploités par l’esclavage actuel de trafic d’êtres humains ». Oui, la jeunesse est en danger, et le message du pape devient une invitation lancée à tous les jeunes pour bien orienter leur vie. Les jeunes sont aujourd’hui activement impliqués dans les maux qui ruinent le monde en général et l’Afrique en particulier. On peut donc espérer que ce message puisse avoir un impact positif sur le comportement des jeunes qui d’ailleurs étaient très nombreux à l’écouter. Comme au Kenya, il les a invités à l’unité, à la réconciliation et à la paix. Certes, à Kampala les messages ont été adressés aux jeunes ougandais venus de différents diocèses et certains pays voisins. En fait, le pape s’adresse à tous les jeunes africains dans la mesure où tous sont concernés par les antivaleurs véhiculées dans le monde globalisé. Il est dès lors important que nous puissions en tirer profit et avoir le courage de nous ouvrir aux autres jeunes pour leur transmettre le contenu de ces messages.

Le pape dit : Si l’Eglise en Ouganda veut convaincre la vie publique par ses recommandations, qu’elle soit elle-même crédible. Les Evêques, les prêtres, les religieux, les religieuses et tous les fidèles laïcs de l’Ouganda ont à faire passer le message du Christ par une vie modèle, une vie de témoignage. Car ce dernier convertit plus que les paroles. Ce message nous est adressé avec comme questions essentielles : en tant que Chrétien(ne), notre vie est-elle crédible ? Notre vie est-elle témoignage ? Notre vie peut-elle convertir ? La réponse est personnelle. La crédibilité est une attitude toujours recommandable quel que soit le rang qu’on occupe dans l’Église et dans la Société. En effet ce n’est pas le rang que nous occupons qui nous rend crédible ; ce n’est pas parce qu’on est tel qu’on devient automatiquement crédible ; c’est plutôt la correspondance entre les paroles de quelqu’un et ses actes qui prouvent que telle personne est crédible.

Le pape François a aussi invité les autorités politiques ougandaises à faire preuve de bonne gouvernance en assurant une juste distribution des biens ainsi qu’une large participation à la vie nationale.

La question de la bonne gouvernance et de transparence pose toujours problème dans plusieurs pays africains. Nous avons, souvent, des gouvernements qui ne prennent pas en compte l’intérêt de tout le peuple dans l’utilisation des ressources des pays. J’espère donc que le pape a pu éveiller la conscience des concernés, même si ce n’est pas la première fois qu’ils sont interpellés. C’est d’ailleurs le même message qui semble revenir dans son homélie prononcée à Namugongo lors de la célébration eucharistique. Il a bien insisté sur l’honnêteté, l’intégrité et l’authentique préoccupation pour le bien des autres.
Comme son souci envers les pauvres est toujours au cœur de ses enseignements, le pape demande aux paroisses de l’Afrique de ne pas fermer les portes et les oreilles aux cris des pauvres. Je pose ces questions : - avons-nous des pauvres qui crient autour de nous ? - Entendons-nous ces cris ? - Si nous entendons, quelle est notre action ? - Les pauvres crient partout en Afrique. Peut-être que nous avons une réponse à donner à ces cris !



CENTRE-AFRIQUE

Une visite dite risquée mais qui s’est montrée fructueuse.

Pour moi, la visite la plus importante du pape François était celle de la Centre-Afrique. Pourquoi ? La raison est simple : le peuple centrafricain vit en tensions, en conflits qui ont déjà fait plusieurs victimes. Quelques semaines  avant son arrivée, la situation était plus que chaotique. Pour cette raison, le pape était conseillé de ne pas s’y rendre parce que, disait son entourage, il y avait un risque. Mais malgré toutes les raisons avancées par les Cardinaux qui sont autour de lui pour l’empêcher de s’y rendre, il a décidé d’y aller.

Pour moi il fallait ce genre de décision. Accepter d’aller là où l’autre est en train de souffrir c’est un grand signe de compassion. En effet le pape était conscient des risques lors de cette visite. Il savait bien que le pays est déchiré. Mais cela ne l’avait pas découragé car à côté de ces risques, il avait aussi de grands messages de compassion, de réconciliation, de pardon, d’espérance et de paix à adresser à tout le peuple. Et c’est justement ce qu’il a fait.
En visitant le camp des refugiés, le pape a sans aucun doute manifesté son attitude de compassion. N’ayant pas eu lui-même peur de s’y rendre, le pape a adressé un grand message : Résister à la peur de l’autre. Oui, ce message n’est pas facile, surtout dans une situation comme celle du peuple centrafricain.  Comment n’est pas craindre l’autre alors que le danger est là, l’expérience douloureuse est là. Oui, comme je me rappelle toujours ces propos d’un jeune Rwandais vivant à Paris après le génocide et s’exprimant via Jeune Afrique en ces termes: ‘’Depuis l’expérience du génocide, depuis que des personnes que je considérais comme amies et proches ont été les premières à tuer tous les membres de ma famille en ma présence, j’ai désormais une devise : l’autre est toujours une surprise, je dois me préparer en conséquence’’. Paroles fortes mais… contradictoires avec le message du pape ? Le pape donne-t-il un enseignement à ce jeune rwandais ? Le pape cherche à réconcilier afin d’unir. Voilà pourquoi il y a la nécessité du pardon, de la miséricorde. Certes, les blessures sont là, mais on doit les guérir, malgré les difficultés pour aboutir à cette guérison.

L’autre, dit le pape, est une personne comme moi, je ne dois pas le craindre. C’est en considérant l’autre comme moi-même que je n’aurai pas peur de lui. Mais si l’autre représente un danger, c’est sûr que je vais le craindre et même lui faire la guerre, l’éliminer parce que j’ai peur de Lui. Qu’on soit musulman, qu’on soit chrétien, on est d’abord et avant tout  frères et sœurs ; chrétiens et musulmans, a souligné le pape, sont tous des frères et sœurs, ils ne doivent donc pas se faire la guerre. En effet, résister à la peur de l’autre m’invite à me réconcilier avec lui, à vivre en harmonie avec lui pour qu’on soit en paix.
Voilà donc une visite risquée mais qui valait vraiment la peine. Si le pape avait décidé de ne plus se rendre en Centre-Afrique, le peuple centre-africain et moi-même serions très déçus ! Quel enseignement tiré de ce grand souci du pape envers les souffrants ? - Il y a des personnes qui peinent tout près de nous, mais nous avons peur de les approcher! Certains me diront mais, le pape était sous haute sécurité de la MINUSCA ; mais oui, la MINUSCA est présente dans le Pays depuis longtemps et les violences continuent. Le pape invite enfin le peuple centre-africain a plus de tolérance, d’amour et  de pardon. Voilà un message qui garde son importance pour toute l’Afrique. Il n’y a pas que la Centre-Afrique qui vit en conflits. Je peux citer le Burundi et la RDC. Cela nous invite à s’engager pour la justice, la paix et la réconciliation.

En définitive, que nous soyons en Afrique ou en dehors de l’Afrique, j’espère que nous allons répondre aux différentes invitations que j’ai lancées dans ces quelques lignes. Le pape, dans ses trois voyages, a insisté sur la paix, la réconciliation et l’unité. Il s’agit d’un bref retour sur les messages du pape François au cours de son premier voyage en Afrique. Je n’ai fait que des commentaires sur les messages qui m’ont davantage frappé. L’Afrique continue à faire face à plusieurs problèmes, entre autres ceux abordés dans cette réflexion et j’en suis préoccupé au point de demander l’intervention de tous les jeunes africains et africaines. Pour rappel, ne fermez pas vos portes et vos oreilles aux cris de ceux et celles qui peinent ; vous êtes capables d’agir.

Texte écrit par Espérant Mwishamali Lukobo, jeune chrétien africain, Originaire de la RDC, actuellement en Ouganda.  emwishamali@gmail.com